Palestine:peuple en danger ?

Palestine:peuple en danger ?

Palestine : peuple en danger ?

 

1.    Jamais commémoration d’une « Journée de la terre » n’est intervenue dans une situation aussi dramatique en Palestine : un bilan humain et matériel terrible dont le poids est de plus en plus lourd à porter par le seul peuple palestinien qui ne courbe pas l’échine pour autan, au grand dan de Sharon, des gouvernants arabes plus serviles et dociles que jamais et des masses arabes désespéramment soumises..

 

2.    Criminellement méthodique et non moins imperturbable, le rouleau compresseur que déroule Sharon, depuis le début de la deuxième Intifadha (le 28 septembre 2000), contre le peuple palestinien, n’en fini pas de remporter de sinistres trophées : meurtres de civils, destruction des bases de toute vie sociale : cultures, terres agricoles, habitations, écoles, routes, réseaux d’eau potable, réseaux électriques.. tout, absolument tout y passe.

Voici, un récapitulatif sommaire d’une politique d’apartheid qui se meut, en direct, sous le regard du monde entier, en une véritable guerre d’extermination :

 

Ø      Les exploits israéliens contre les palestien-ne-s :

·         1.230 palestinien-ne-s ont été tué-e-s (dont 195 enfants de moins de 18 ans, parmi eux 3 filles de 3 ans et une fillette âgée d’un an et un bébé de 4 mois)

·         18.478 autres palestinien-ne-s ont été blessé-e-s, dont 4.251 par balles réelles, 5.400 par balles caoutchoutées, 4.988 par des gaz lacrymogènes ou des gaz de combat.

·         2.576 palestiniens ont été arrêtés par les autorités israéliennes pour raisons politiques (la grande majorité à été libérée par la suite).

 

Ø      Les exploits israéliens contre la terre palestinienne :

·         112 900 oliviers ont été arrachés

·         367 hectares de terres cultivées ont été détruites

 

En fait, l’acharnement israélien contre tout ce qui peut être un support à l’existence même du peuple palestinien, essentiellement la terre et, ce qu’elle peut porter comme cultures (notamment l’olivier symbole même de la Palestine) a déjà produit des dégâts considérable.

Ainsi, depuis 1967, c’est-à-dire depuis l’occupation de la Cisjordanie et de la bande de Gaza par l’armée israélienne, 6.200 km2 de terres ont été confisquées ; autrement dit la moitié de l’ensemble.

Par ailleurs, 200.000 arbres ont été arrachés par les forces israéliennes sur des terres palestiniennes.

Dans le même temps, 7.000 maisons palestiniennes ont été démolies sous prétexte qu'elles avaient été construites sans permis de bâtir (permis qui est du reste pratiquement impossible d'obtenir auprès des autorités d’occupation).

 

Ø      Les exploits israéliens contre les infrastructures palestiniennes :

·         Le bilan des attaques israéliennes contre des médecins ou des ambulances est de :

-         4 conducteurs d'ambulances tués

-         1 médecin tué

-         122 médecins ou conducteurs d'ambulances blessés

-         165 ambulances ont été touchées par des tirs

-         par 350 reprises, des ambulances ont été empêchées de porter secours à des blessés..

·         174 écoles palestiniennes ont été fermées en raison du siège israélien et 90.000 écoliers et étudiants palestiniens ont été empêchés de suivre les cours. Pire encore, 435 d’entre-deux ont été tués, blessés ou attaqués.

·         L’impact des attaques israéliennes et des opérations de bouclages sur l’activité économique palestinienne est particulièrement désastreux :

-         257.000 ont été réduits au chômage en raison des bouclages. Le taux de chômage moyen en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza est de 53 %

-         La perte de revenus pour les Palestiniens autrefois employés à l’intérieur de l’état d’Israël est estimée à 3.6 millions de $ par jour

-         La chute du PIB entre septembre 2000 et mars 2001 est estimée à 1.5 milliards de $, et la chute du revenu par tête est de 47%.

-         Résultat de cet étranglement économique, le peuple palestinien est devenu l’un des peuples les plus pauvre de la planète avec 64% de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté.

 

3.    Par la seconde Intifadha, le peuple palestinien qui fait face héroïquement, avec des mains armées de pierres, à une machine de guerre surarmée, est ainsi en train de payer un prix terriblement lourd en vies humaines et en infrastructures civiles pour recourir ses droits nationaux spoliés.

En face rien ne semble pouvoir arrêter la folie furieuse de Sharon. Ni la récente rencontre des gouvernants arabes à Beyrouth et leur sempiternelle offre de paix qui n’a rien pour l’impressionner tant il connaît la vrai nature de ces chiens de faïence. Ni encore moins la « rue arabe » dans sa situation actuelle qui reste tragiquement imperturbable.

Pour ne choisir qu’un exemple parmi tant d’autres, tout récemment en Tunisie (le 26 février), une grève d’une heure décidée en solidarité avec le peuple palestinien, a échouée lamentablement. En effet, après maintes hésitations et dérobades de la part de la direction de la centrale syndicale, la grève a été transformée, en concertation avec le pouvoir, en une minute de silence. Seul-e-s, quelques centaines de militant-e-s, surtout dans le secteur de l’enseignement, ont finalement bradé les pressions et les menaces de tout genre et ont fait grève.

 

4.     

 

 

5.     

 

Pour le RAID (Attac Tunsie)

Le porte-parole

Fathi CHAMKHI

 

Initiative « Gènes pour la Palestine »

 

L’Etat d’Israël poursuit une guerre coloniale contre le peuple palestinien sans que rien ne semble pouvoir y mettre fin. Le bilan de l’offensive de ces derniers mois est déjà particulièrement lourd : des centaines de morts dont de nombreux enfants, la destruction de maisons et d’infrastructures, l’étouffement de la vie économique et, pour tout dire, de la vie tout court. Face à ce drame, qui se déroule en direct sur tous les écrans de la planète, la communauté internationale reste tragiquement passive.

Les Etats Unis, mais aussi l’Union européenne, ne semblent avoir aucun scrupule à apporter un appui inconditionnel à l’Etat d’Israël malgré son acharnement meurtrier et la violation permanente de la légalité internationale, en particulier des résolutions 242, 338 et 194 des Nations Unies. Les Etats arabes dictatoriaux, corrompus et impliqués jusqu’au cou dans les projets de Pax americana dans la région ne font guère plus que des déclarations grandiloquentes en faveur de la paix.

Ni les tanks ni les missiles du général Sharon ne pourront réduire l’Intifadha héroïque au silence. Les cailloux que les gamins de Palestine jettent à la tête des soldats de Tsahal ne font tant de dégâts que parce que chaque pierre lancée contient toute la révolte d’un peuple contre la négation de ses droits les plus élémentaires. Mais sa force serait décuplée si à cette révolte s’ajoutait une révolte internationale ; à l’Intifadha palestinienne, s’ajoutait une Intifidha pacifique mondiale pour la défense des revendications légitimes du peuple palestinien et son droit à vivre en paix et constituer un Etat indépendant. Seule une mobilisation internationale d’ampleur pourra arrêter l’agression armée contre le peuple palestinien et imposer la reconnaissance de ses droits.

N’oublions pas que la mobilisation exceptionnelle du mouvement pacifiste mondial contre la guerre du Vietnam a été un facteur décisif pour mettre fin à l’intervention impérialiste US. Les bases d’un tel engagement existent à nouveau depuis le surgissement formidable de la mobilisation internationale contre la mondialisation libérale qui, par delà ses objectifs immédiats, exprime une prise de conscience de plus en plus large que la domination des sociétés transnationales et de la finance mondiale ne peut être dissociée de l’approfondissement de la domination des pays du Sud par les Etats du Nord et de la domination de la planète entière par les Etats Unis dont Israël est, aujourd’hui, le principal relais local dans la région méditerranéenne et moyen-orientale. 

A Gènes, nous étions près de 300 000 personnes à protester contre la mondialisation libérale et ses conséquences désastreuses sur les populations et l’environnement. La question palestinienne était naturellement présente comme une des préoccupations des manifestants. Nous proposons d’en faire le thème principal d’un nouveau Gènes, de faire un Gènes pour la Palestine. Gènes, parce que Gènes est devenu un des symboles forts de la lutte contre la domination du capital et des puissances du Nord et qu’il est important de faire le lien entre cette mobilisation internationaliste et cette autre mobilisation internationaliste qu’est le soutien au peuple palestinien.

Gènes II sera une rencontre massive, militante et festive pour défendre les palestiniens, dénoncer les exactions de l’Etat d’Israël et exprimer notre colère contre la volonté des Etats Unis de régenter le globe.

Dans cet esprit nous proposons la constitution d’un mouvement international dénommé « Initiative internationaliste pour la Palestine » dont le premier projet sera l’organisation de Gènes II. Nous sollicitons toutes les individualités, les associations, médias et autres groupements intéressés par cette démarche à en être partie prenante.