NOUS SOMMES TOUS PALESTINIENS !

Nous sommes tous palestiniens

En Égypte, au Maroc, en Libye, au Bahreïn, en Jordanie, en Tunisie, en Arabie Saoudite, et ailleurs dans le monde arabe, les peuples se sont mobilisés pour soutenir le peuple palestinien contre la barbarie criminelle de Sharon et de ses bandes armées. Ce gigantesque élan de solidarité qui s’est heurté aux matraques et aux canons à eau de la plupart des États arabes, complices à des degrés divers du couple Bush/Sharon, s’est étendu à l’ensemble de la planète.

L’Australie, l’Argentine, la France, l’Italie, la Belgique, le Chili, le Brésil, le Japon, le Canada, le Pérou et tant d’autres pays ont été le théâtre de manifestations de masse en faveur des palestiniens. Des centaines de personnes de différents pays, dont de très nombreux militants anti-globalisation et des membres du réseau Attac International, sont allés en Palestine apporter aux palestiniens assiégés, agressés et martyrisés par l'armée d'occupation, une solidarité sans réserve.

Les manœuvres de Bush qui appelle Tsahal à se retirer « sans délais » des Territoires autonomes tout en envoyant Colin Powel au … Maroc ; celles de Sharon qui retire ses troupes d’une ville « nettoyée » pour en investir une autre, ne trompent personne. De jours en jours, le mouvement de solidarité va en s’amplifiant bénéficiant de la poussée antérieure du mouvement contre la mondialisation libérale et contre la politique belliciste des États-Unis.

Car c’est bien là la nouvelle donne qu’avaient négligé les stratèges du Pentagone et de l’état-major sioniste.

Au lendemain des attaques-suicides contre les deux tours du WTC, Bush a cru venu le moment de sa grande offensive, convaincu qu’assommé par l’horreur de ces attentats réactionnaires, le monde n’oserait plus protester contre la politique hégémonique américaine. Leur victoire rapide en Afghanistan et la relative faiblesse des mobilisations contre la guerre, les ont, alors, convaincu qu’ils avaient gagné la bataille et que désormais le monde serait américain. Les défenseurs des firmes transnationales, des paradis fiscaux et de la spéculation financière ont sauté sur l’occasion pour tenter de criminaliser le mouvement anti-globalisation dont ils ont anticipé, bien à tort, le prochain l’effondrement. Sharon, dont les mains sont encore tâchées du sang des milliers de Palestiniens et de Libanais de Sabra et de Chatila, a cru, quant à lui, que le moment était opportun pour résoudre à sa manière la question palestinienne en la noyant dans un bain de sang.

Mais les criminels de guerre et les criminels de la finance vont vite déchanté. Déjà, les formidables mobilisations de Porto Alegre et de Barcelone ont démenti tous leurs pronostics et montré la profondeur du mouvement de contestation de la mondialisation néo-libérale. A ces deux occasions, il est apparu que ces mobilisations avaient intégré la lutte contre la guerre impérialiste comme une dimension indissociable de leur combat contre la marchandisation du monde. C’est ce qui permet aujourd’hui aux différentes forces qui se mobilisent contre la globalisation de riposter avec cette puissance inattendue à la guerre de l’armée d’Israël et de Bush contre le peuple palestinien.

Les hommes de Sharon poursuivent le massacre, mais ils échoueront à détruire la résistance d’un peuple qui, au terme de plusieurs décennies d’occupation et de terreur, est toujours debout. Un peuple qui tire également sa force de la solidarité d’un mouvement progressiste mondial qui, après des années de désarroi, relève à nouveau la tête et n’est pas prêt de se rendre.

Quand un combattant palestinien tombe, dix autres sortent de l’ombre à sa place !

DEMAIN SERA PALESTINIEN !

Tunis, le 08 avril 2002

 

Fathi CHAMKHI

Le porte-parole